back to
Akromégalie Records

Kalhex

by Kalhex

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €10 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Kalhex via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 10 days

      €12 EUR or more 

     

  • 2xLP Vinyl Album
    Record/Vinyl + Digital Album

    Limited Edition of 300

    Includes unlimited streaming of Kalhex via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Sold Out

1.
Kalhex 03:26
[Couplet 1: Le Makizar] Je débarque et déballe mon truc à l'ancienne sur le MIC La vibe est soul et représente mon univers musical, ok Si t'as la dalle de ce genre de hip-hop, je t'ouvre mes portes Et puis qu'importe si pour certains le faux l'emporte Je ne suis pas de cette époque ou dealer du toc est devenu le top Et le top est de faire le dandy ou le coq Je troque cette image de bling-bling qui m'insupporte De bad boy une jambe plus haute que l'autre et un gun dans le froc A l'ancienne mec et jusqu'à la mort Une vibe un peu old school mais toujours dans la norme [Couplet 2: Lex (de Kalhex)] Le mauvais goût c'est ça qu'on leur reproche Dans l'essence c'est là qu'on pioche, qu'on repêche Les perches tendues par nos pairs Sans prétendre que c'est la bonne parole qu'on prêche Tant pis s'il faut 10 piges pour qu'on perce On reste patient avec mes compères, je décris la ou je crèche Pince-toi si tu vois que je triche, je ne peux rien faire si ma plume est rêche Pour nous l'écriture est reine, on s'efforce de la servir du haut d'un stylo Bic En duo sans qu'un style oblique nous asservisse La musique nous enveloppe tous alors tirer la couette sur toi oublie [Couplet 3: Le Makizar] C'était juste un kif, innocent et productif La tête dans les samples et un semblant de kit pour équiper l'ensemble Et puis on s'est passé du PC histoire de se dépasser Histoire de se dépenser un peu plus sur le MIC J'ai hissé des versets j'ai déversé mes vers, j'ai conversé Avec Lex et on s'est rassemblé Comme une seule entité, une fusion d'identité Et ceci sans hésiter une banque de mots en quantité Donc on s'est contenté, d'éditer du style doté de ce talent Ce don qu'on a taffé qui nous colle aux talons [Couplet 4: Lex (de Kalhex)] Desseins sans dessus dessous, peu de sous dans les sons on sonde Nos pensées en dents de scie et songe A se retirer de la scène avant d'avoir posé un pied dessus mais suffit que le beat reparte Pour être sur que c'est pour ça qu'on sue que c'est pour ça qu'on sème Les gemmes que tu consumes si facilement qu'en quelques secondes tu détruis ce qu'on a conçu C'est l'insolence qu'on somme de se rendre sinon c'est son glas qu'on sonne Sans suivre la consigne on entrechoque les consonnes Je suis l'ombre qui te sors de la lumière qui te consomme qui te console Mieux que seul devant ta console. C'est des entrailles que sort Chaque ligne plus imprévisible que le sort et taillé a la rétine
2.
[Couplet 1: Lex (de Kalhex)] Ici y'a que nos lettres qu'on engraisse Que nos têtes qu'on s'empresse de charger Vaut mieux peut être qu'on en presse la détente Pas qu'une pente à monter plus qu'un pointe A taper, stable faut rester, plus qu'un poing à taper sur la table Animé d'une passion gigantesque Je me demande quand est-ce que le rap français Sera riche en texte. Marre que le temps salope Nos projets, je me sens comme un génie dans sa lampe Notre rejet de la norme traduit cette volonté énorme De balancer un coup de pied dans la fourmilière Kalhex: c'est la tortue contre 1000 lièvres Toujours a 1000 lieux des étiquettes car elles nous grattent Un cahier à carreaux comme sac de frappe 2 plumes plus tranchantes qu'un scalpel Un appel au scal-pa tombé à plat ce qu'il ya C'est qu'on voyage dans la soute, qu'on est inondé de clones Qui veulent nous noyer dans la soupe De mouches qui ne trouvent pas le rebord de la louche Un sacré merdier qu'on a décortiqué a la loupe [Couplet 2: Le Makizar] Qui a dit que le hip hop affichait complet Refais les comptes on y a gravé nos couplets Au rythme accouplés, qui peut nous couper Sans nous écouter, ya pas de doute mon ami Car même le blues y est écourté Hip hop jusqu'à la mort Des phases on élabore Les baffles en morflent Toujours des flows de fou Qui dégomme à la Kung Fu Ca cogne à mort, histoire que tu te remémores De ce ceau-mor, une fois le couplet fini De sorte qu'il ne te laisse pas amorphe Tout dans le style, dans le fond et dans la forme Appelles moi soldat Rom, Kalhex mon régiment est toujours dans la donne On n'en fait pas des tonnes, et si notre son détone C'est que nos prods sont bonnes Alors bonhomme faudrait pas que tu t'étonnes Un microphone sans cesse branché sur le On Et mes mots s'y racolent, délicats et absorbés par tes neurones [Scratches: Parental] 2 pour la basse, 1 pour les aigus J'injecte un funky clap dans vos tympans 2 pour la basse, 1 pour les aigus Check 1, 2 pour le microphone [Couplet 3: Lex (de Kalhex)] Trop peignent la vie avec les couleurs qui sortent des tubes Alors on se donne la peine de farfouiller comme les stups Sans cesse à la recherche de nouveaux pigments on élabore Une alternative, normal, on est la pour [Couplet 4: Le Makizar] Ils veulent du level, appelle moi micro lover Dj balance le groove Que je vienne leur prouver que je suis un ouf Jamais à cours de souffle Les faux en souffrent En moi redécouvre les fondations d'un hip hop qui leur brise le coup S.O.L.O (au) Mic Oui j'ai les crocs, authentique accrocs Et toujours synchro, du coup je m'introduis Pas comme un produit de marketing Radiophonique [Couplet 5: Lex (de Kalhex)] J'en ai marre des "faut que je nique" ou des "faut que je brille" A défaut je brise la vitre, c'est le marteau que j'ai pris et le mépris que j'évite C'est l'envie que j'effrite qui te nourris et vite Sans perte de temps, je m'empare de tout on a tellement les crocs qu'ils veulent nous limer les dents Ouvre le dictionnaire pour comprendre mes textes Pour voir ce que concentre ma tête, ce qui compense mes plaies Quoi qu'on pense je me plait à ce qu'on sente le plein d'énergie qu'on met avant chaque lendemain Avant chaque couplet, regarde la vie qu'on mène, avance à 35 Km heure sans contrat Face à nous c'est 100 contre 1 et les contraintes comme tremplin [Couplet 6: Le Makizar] Fais tourner le Mic, et coupe et décale sur le té-co gars J'ai des phases et des phases Que les nases en sont tout déphasés Tu m'en verras navré Gavé de leurs navets Mec j'ai mis les gaz et les foudroie de rages Tout comme Pégase Parental à la Prod Lex et le Makizar au Mic...
3.
Et si... 03:49
[Refrain] (x2) Et si, on devenait naïfs quelques instants Plongeait dans un idéalisme si intense Changeait le monde en une piste : Prendre quelques minutes pour rêver sur disque (pour rêver sur disque) [Couplet 1: Lex (de Kalhex)] Et si on arrêtait d'opposer les souffrances? De tourner le dos au passé ou de parler de Sous-France? Et si on sautait la ligne qui nous sépare de la vraie vie et vite Car à force de nourrir la fiction l'estomac de nos fistons est vide Et si on fermait les livres d'école pour les réécrire, ajoutait quelques zéros Au nombre de victimes que nos ainés ont vu périr? Jusqu'a maintenant restés sans le sous Car indemniser un peuple est trop cher Sent le souffle de revanche qui plane dans les chaumières [Couplet 2: Le Makizar] Et si ce récit s'écrivait sans bombes et sans missiles? De peuples sans assistance et d'un monde sans domicile fixe Si l'idéal était de vivre sans leader Si l'amour était le deal afin que nos liens soient si solides Et si on s'unissait pour tout reconstruire Des décombres d'Israël jusqu'au blessés de la Palestine Et si Dieu et Allah aux yeux des hommes ne faisaient qu'un Connaîtrions nous ces guerres qui ont bouleversé plus d'un? [Couplet 3: Lex (de Kalhex)] Et si on arrêtait de faire même de l'écologie un commerce? Qu'on abolissait les distances, les frontières Et qu'on clouait le bec aux commères? Et si on s'échappait des lieux communs? S'accrochait à la bouée qu'est la conscience la seule À pouvoir nous tirer du coma? Le cauchemar des uns commence où le rêve des autres s'arrête Chacun est prisonnier du sien et donnerait cher pour vivre celui du voisin Et si le rap n'était plus un gros mot, ni le grumeau de la pate qu'on sert en appât au public La même qui mène au mal de bide qu'est la pensée unique Et si on arrêtait de prôner une diversité hypocrite, qu'on cultivait vraiment les différences Au lieu de diviser les minorités pour que leurs revendications soient moins féroces [Couplet 4: Le Makizar] Et si l'essentiel était autre que l'appât du gain Afin que nos dirigeants comprennent aussi que la vie n'est pas un Game Et si tous les états d'Afrique réunissaient leur force Qu'à la face de ce monde considéré comme l'un des First one Et si pour terminer on était tous né égaux Ni premier ni dernier mais dès la naissance Exe Co (Et si pour terminer on était tous né égaux Ni premier ni dernier mais dès la naissance Exe Co) [Refrain] (x2) [Outro] Et si... Et si...
4.
[Couplet 1] Une vie saine, comme un parfum d'encens J'avais des visions belles comme celles qu'on rêve depuis l'enfance Perdu dans l'innocence car tant de bonheur intense Mais insensée la vie s'écrirait-elle dans l'autre sens? J'ai vu un monde en ascension, ma vie dans l'ombre Blottie par tant d'encombres et de regards indifférents Poussière de cendres, la vie n'a pas été que tendre J'ai du baisser la garde et encaisser afin d'apprendre Y a tant de rêves qu'on brise, peu de plaies qu'on cicatrise Sous l'emprise d'un univers sombre car en mode de crise Shooté de haine j'ai vu ma vie partir en vrille Mon avenir se dissiper comme un jeu de quilles Elevé dans le maquis, ce mal être que je maquille Que j'ai du prendre pour acquis Mais au final qui sait de quoi est fait [Refrain] (x2) Rien n'est acquis La vie nous tacle et on fini au tapis Puis tant pis si l'avenir nous consume dans le maquis Que ta vie soit frêle comme une branche d'arbre Rien n'est acquis la chance tourne, il faut rester au taquet [Couplet 2] Je me voyais comme un embryon Parmi les hommes de ce monde Une ombre parmi les néons Un reflet mais pas un rayon Si le destin fut écrit, ici mon passage ne fut que brouillon Dépouillé de tout espoir, pour nous, je nous voyais couler Dans un logis sans portes ni fenêtres J'ai vu des traîtres défilés du haut de nos fenêtres gloussant de rire En espérant que le sort nous aurait Dead Je ne renierais jamais cette aventure qui m'a vu naître Et qui à développer en moi cette soudaine envi d'être Pas encore d'happy end mais la vie étant moins laide Que celle de la veille, j'ai donc pris la peine Sans plus attendre de la vivre sans problème La hargne pour enseigne et la paix pour emblème La vie s'écrit comme un scénar émouvant Eprouvant, et l'impression de fondre dans du sable mouvant La roue tourne, faut s'accrocher et suivre le mouvement Se dévouer en espérant que le bonheur soit au tournant [Refrain] (x2)
5.
[Refrain] (x2) Franchement pas de roi soleil pour éclairer la piste on reste prisonnier d'une ellipse... Tant que sous nos toits sommeille la peur du changement c'est nos droits qui s'éclipsent [Couplet 1: Le Makizar] Je viens remplir ces cases de rimes autobiographiques Perdu dans l'hexagone de ce plan géographique Etant petit longtemps priant pour ce monde magnifique Comme ceux qu'on voit dans les clichés cinématographiques J'ai vu et j'ai vécu la vie, je te donne mon générique 20 ans à peine j'ai du quitter mon continent l'Afrique Faire comme la plupart des études et gagner du fric Seulement la vie était loin d'être comme un long fleuve tranquille J'ai perdu jusqu'à mes rêves les plus utopiques Quand j'ai compris que le cœur de l'homme était dur comme pierre Et qu'on calculait son poids par rapport des briques (Et donc ? Maintenant tu fais quoi ?) J'ai beau réfléchir avec un genou fléchit le regard avachi J'ai juste envie de tout envoyer chier car la vie a le chic De faire en sorte que sans le cheque ici tout s'entrechoque J'ai beau chercher la brèche mais on ne vie que de saisons sèches [Refrain] (x2) [Couplet 2: Lex (de Kalhex)] Comment croquer la vie a pleine dent quand on en a une contre elle? Ils passent la leur à nous escroquer Une ligne à haut-tension sépare le rêve du réel (Et toi t'es qui? t'es quoi?) Je suis juste un rat qui veut s'échapper par un trou de souris Mourir d'ennuis est-ce le pire? Marre de voir le globe tourner sans moi et qu'on me dise: « Laisse le faire » donc donne-moi le Mic que je fasse le contraire De ce qu'ordonne le mac Je suis désolé mais y'aura pas une note d'humour voila des news du front Un cri que je pousse du fond du four encré en moi venant de mon cœur du bord du gouffre Je déborde et l'ouvre, effusion de sens venant des lèvres Je vends des lettres comme d'autres vendent des livres Je défendais les souvenirs de ceux qu'on livre aux oubliettes On se refugie derrière des combats ou une histoire commune Dans le fond illusoire car on ne partage que les murs La mienne commence un 24 avril j'ai longtemps cru qu'en parler m'aiderait a me situer Chercher son identité dans l'atrocité c'est terne mais j'étais tellement outré De les voir ne pas trop citer ces termes À l'heure des images pieuses des montages suffit d'un click à la souris pour accoucher d'une montagne On bâtie des systèmes sur la rumeur et s'étonne que leurs tumeurs puissent altérer notre humeur [Refrain] (x2)
6.
[Couplet 1: Le Makizar] On a pillé des disques Des plus gros navets aux plus beaux hits On en a pris des risques à disséquer des Ziks Et à planquer des titres A rajouter des kicks, à débiter nos tripes Sur des samples étriqués sitôt refabriqués Et propres à notre éthique Rééduquer le public Avec de l'authentique, afin que les faux abdiques Devant le Makizar et toute la clique, non... Y a pas d'histoire de fric, notre truc c'est le partage de bonne musique K.A.L.H.E.X dans le secteur, le vecteur de l'ancienne école Est dans ton lecteur Psychopathe flow Killah style Hannibal Lecter On s'active à donner le meilleur Et à faire frémir les cœurs [Couplet 2: Parental] Phrasé 16:9, nos mots s'échappent des barreaux, rassemblent Les âmes égarées, toujours en mouvement, jamais garé, toujours en mouvement, j'assemble Sample et sens, les seules choses qui méritent Que j'étale mon sang d'encre sur la page pour décrire ce qui m'irrite [Couplet 3: Lex (de Kalhex)] La plume me donne des ailes Mais je garde les pieds sur terre, grâce à la clé de Sol Cette bouffée d'air qui nous fédère Qui nous fait dire, ce qui vous fait taire Retour au temps où ça bossait pour hisser l'étendard Endurait les cloques et remplissait des cendars pour ramasser des clopes L'envie de bien faire nous ronge, nous plonge dans l'incertitude Qui nous forge, on fonce à toute allure dans l'impasse Espérant que le mur du son nous ouvre une porte sur le monde avant l'impact On enjambe les époques à l'heure où les gens ne vivent que le reflet de la leur Saute à pied joints dans les flaques, s'efforce à gommer les coups de blues Sur une boucle on pousse, l'ouvre, pour se débarrasser de la frousse, on prouve Comment le son survie sans flouse mais pas sans groove Le R.A.P s'essouffle, on est son coup de pied au cul Savoir quand on va frapper : la seule chose dont tu te préoccupes...
7.
[Couplet 1: mSx] Mon art... Un style libre ! Quand je veux mes cordes vocales vibrent Pour me faire entendre, pas besoin d'un gros calibre Pendant que tu fais verser le sang moi je fais immerger le sens De ma feuille blanche, devenue noire par des tonnes d'encre Mes idées en résumé, c'est quelques mots sur un papier On nage dans des pensées tellement encrassées qu'on n'a pas pied Un monde de merde mais je n'ai pas peur Accompagné de mes potes et de leur pas de tueur Ma vie un Gun chargé à blanc J'ai beau crier, personne ne m'entend J'ai la tise en guise de starter Des livres en guise d'altère et du son dans les artères : Voilà pourquoi mon rap n'est pas un art terne Le savoir est une arme, tu ne connais pas le terme Accompagné de mon cartel, je sens monter mon Alter... Ego-trip, je sens monter la foule et les fous Les fumées nocives et les toux grasses Qui font résonner la basse C'est sûr ce son met la pression Sans concession, cela sera ma confession [Couplet 2: Lex (de Kalhex)] Les rîmes s'entremêlent, sans trop de mal Émergent entre 1000, sur lesquelles misent trop Les adeptes de la philo de bistro Flow qui distord les bistouris Bastion du discours qui Bassine les faux qui assassinent la passion qui anime Ceux à l'antipode de la génération touchée par l'I-Pod Anticorps qui cherchent l'antidote A cette épidémie épineuse A trop s'assoir sur les punaises On refuse même de poser notre cul entre deux chaises Encore faudrait-il qu'ils nous donnent Autre chose que le rôle du ver dans la pomme On veut se retirer dans les plaines Et que notre nom résonne comme celui de Newton Avec nos sons inonder plus que les ondes Que ca nous permette de manger plus que nos ongles De nous débarrasser de nos questions puisque l'on jongle Avec, lunatique comme la Joconde Je suis le grain de sable dans la mécanique Phrasé volcanique Fait sombrer les esprits sous la pression de la panique Ils ne cherchent qu'à amadouer Le talent n'obtiennent que l'amadou et Clament à tout va que si on A pas percé c'est qu'on n'est pas doué Ou qu'on ne vient pas totalement du sillon [Couplet 3: Le Makizar] La basse est lourde comme les pas d'un gangster Un Mic pour Holster Alors pose ton postérieur J'ai gravis les époques J'ai niqué les normes Des disciples énormes me représentent depuis sur le Mic et podium Des ghettos blocs mon histoire se conte dans les docs Je me rappelle encore quand on disait que mon art ne tiendrait pas une époque Combien chipote encore, alors que j'explosais les scores et s'ils en veulent encore Qu'ils sachent que j'en ai encore dans le froque Plus d'une armée de MC's j'ai pour escorte Une armada de Breakers sur les dancefloors On s'exporte et au-delà des frontières et des époques Ils ont voulu que je craque et que je parte en vrille Malheureusement pour eux, j'avais les crocs et donc je suis encore vie En moi ils n'ont pas cru, mais j'avais bien d'autre croquis Comme celui de réussir tranquille, là où le cœur m'en dit [Couplet 4: Mc Grey] Notre son vient d'une contré où on rappe pas sous la contrainte On se fout des contrats, tandis qu'au micro tu te la comptes-ra Ce son c'est une sauce que je cuisine avec mes assoc' Sans cesse dans le bon sens et efficace comme un fusil d'assaut Au Mic je ne fait jamais de zèle, je suis désolé Je vis loin des îles, genre un asile où zonent des Zulus Je laisse mon esprit prendre des ailes quand trop de choses m'attristent Comme ce biz' une putain de matrice qu'on méprise Mais j'ai ma propre vision du monde même si elle est sale Des fois je délire, des fois je bad C'est le 7-5, pas la Ouest-Side Le Makizar, mSx, Lex, MC Grey Le rap qui tort les idées fixes, te vexe et fait dans l'excès Loin du luxe, des Bitchs, de ces pièges On arrive c'est un pillage, fou comme une fillette qui pillave Je te fais un croquis grincent des sales gosses de la nation Mais comme Frankie Vincent mon son est le fruit de la passion
8.
[Intro: Aayité] (x2) J'habite où les mauvais chapitres ne cessent de s'accroitre Là où chacun se doit de porter sa croix [Couplet 1: Le Makizar] J'habite un sol d'or et diamant recouvert Ou même les yeux ouverts L'Etat nous pille et laisse nos comptes à découvert Un monde où la valeur de l'homme se compte en billet vert Ou même les droits de l'homme se trouve criblés à coups de revolver J'habite un monde où l'ombre est le nombril du monde Un monde où la pénombre a confondu le Cœur des hommes sous les décombres Un monde où les secondes se chiffrent au nombre de ces tombes Un monde où la misère gravite aussi sous un soleil de plomb Je pourrais t'écrire des lignes, de ma misère t'en faire un livre Que le ciel nous délivre car on est loin de pouvoir naitre libre On prie la vie de rester fort et solide A peine sorti du ventre de nos mères que nos destins dévient Voici là où j'habite, conçu dans le dégout de vivre On trime 24 sur 7 ne serait-ce que pour une bouchée de riz... [Refrain: Aayité] (x2) J'habite où les mauvais chapitres ne cessent de s'accroitre Là où la mort apparait sous les coups de l'index Là où chacun se doit de porter sa croix Et pour comprendre cette vie il faudra sûrement plus qu'un texte [Couplet 2: Lex (de Kalhex)] J'habite un aquarium Où les poissons ont la mémoire trop courte pour se demander à quoi rime Cet enfermement, cet enfer, moments de lucidité trop rares, on nage dans notre merde Le manque d'espace n'entrainera pas que des spasmes On se bouffe entre nous car attendre la nourriture est trop long On se contente de cette eau trouble car on se complait dans notre rôle Heureux dès que pousse un peu d'algue, la seule cachette vu qu'on est espionné où qu'on aille Il nous faudrait 50 litres chacun pour vivre, pourtant ils nous entassent L'autre jour j'ai vu une famille entière vivant dans une tasse Ils profitent des vacances pour accélérer notre mort Laissent pourrir les cadavres pour qu'on filtre avec notre corps Note qu'on touche si souvent le fond qu'on en oublie la surface Ici tout est surfait quelques cailloux n'empêcheront pas de couler nos sueurs froides On s'organise en clan selon nos teintes, et ne partage pas que nos rayures mais aussi les craintes Certains ont sorti la tête de l'eau, la tête haute Tentant de faire comprendre qu'ici tout part en vrille mais manque de peau C'était un mois d'Avril, mauvais temps pour la révolte Considérée comme un poison par l'homme qui s'efforce à noyer le poisson [Refrain] (x4)
9.
L'homme de l'an 2000 ne voit pas plus loin que son ombre Est convaincu qu'il forgera son avis sur ce monde En piochant dans celui du plus grand nombre Et qu'il ne sera rien tant qu'il n'aura pas tout Ni vu en haut de l'affiche son nom Un rat parmi tant d'autres ou un démon parmi tant d'êtres Cherche à briller comme un astre Et de ce monde, être le best Le bonheur à l'effigie d'un billet vert L'homme de l'an 2000 a plus d'une veste pour atteindre son règne Et comme tout le monde il croit être comme personne Illusion qui jusque dans le couloir de l'amour raisonne D'ailleurs en la matière, l'échec lui a damé le pion Derrière ses pas Il laisse des miettes Rêve de gosses mais sait que l'amour tôt ou tard nous sépare Bref au fond il ne sait pas Un gars peu clean et qui brille Equipé au Bling Bling Une victime de son temps forgée aux stéréotypes L'homme de l'an 2000 C'est lui, c'est elle Et elle en veut plus que la veille La belle époque où les belles se contentaient de se taire Pas assez d'élan pour glisser entre les cases, inconsciemment Aide à faire disparaitre des massacres Les mains sales le modèlent à leur guise Il est le savon d'un système qui promet des terres Et parfois même la femme de sa vie A réduit ses désirs en besoins pour canaliser la flamme Son envie de se faire un nom ou de trouver la faille, de trouver la faille Un gars trop mal poli qui joue sa vie comme au Monopoli Se tape de gros bolides et traite le reste du monde de Has been Aspire au luxe et espère que cela dure tant qu'il respire Il emboite le pas à ses semblables, cherche de l'affection en boîte Fait croire qu'il s'amuse devant un verre de tise, spliff Ou quand sur le net il diffuse Les photos de ses soirées, ivre mort Il ne vit qu'à travers les images sans comprendre l'expression "vivre mort" L'homme de l'an 2000 C'est aussi elle Elle qui se voit aussi belle Peut être de celle qui pense que le nombril de la planète c'est elle Le verbe cru Respect zéro degré dans l'être Oui l'aspect est maître Mais sous l'apparence il y a du vent en fait Il hésite à s'armer d'un calibre contre les yeux qui le braquent Traqué par la peur et les cieux, paralysé jusqu'aux nerfs On étouffe son instinct révolutionnaire En 2-0-0-8 et ainsi de suite Sur les pavés la plage, vision en à-plat Des hommes de l'an 2000, il y en a plein alors Quand il arrivera en fin de vie on le remplacera On le remplacera...
10.
[Couplet 1] Laisse le faire ! S'il te lâche oublie les "viens on va se le faire !" Vastes pertes, il nous inflige mais embrasse ce père Il t'oblige à être conscient une fois que tu le connais... Non ! Une fois que tu en as pris conscience Il est infini pourtant plus précieux que l'essence Et sans lui l'huile coulerait à la place de ton sang Prends en soin comme du sein de ta mère et ton sens De l'orientation ira de l'avant Oublie hier oublie avant, regarde ce qui arrive demain Et oublie cette odeur de lavande (cette odeur de lavande...) [Refrain] (x2) C'est ton père inhumain, c'est ton pire ennemi Laisse le faire d'une main raccorder hier à demain [Couplet 2] Je n'ai pas le temps de lire ce qu'il se passe Et lui continue de tourner les pages De me décaler de la place A laquelle je croyais être, et face Au vide qu'il laisse derrière J'ai peine à croire que le passé n'était pas qu'un rêve Je le maudis 1000 fois pour ces mots dits 1000 fois Le remercie qu'avec mon flow j'y mets le foie Il m'a offert la lettre E, la sagesse Oasis de bien être que j'assèche. Que je sache C'est le plus grand criminel, celui qui piétine l'humain du haut de ses échasses Et chaque fois c'est pareil, il ne fait que nous séparer d'un vécu Fondation de l'existence. Jeté dans la cuve à distance Il distille les souvenirs, fait souffrir Cadeau à l'odeur de souffre et pour rire Laisse pourrir dans un coin de nos têtes Ce qu'on s'était juré de ne jamais faire disparaître Je voulais rattraper ces moments qui s'émiettent Mais on m'a dit : «oublie car ici le temps est maître » [Refrain] (x2)
11.
[Refrain] (x2) Je voulais juste Trouver ma place à travers le temps et imposer les marques de mon existence Je voulais juste Toucher l'horizon comme Truman, être humain mais éviter les chutes [Couplet 1: Lex (de Kalhex)] Mon arbre généalogique commence 6 pieds sous terre Je ne suis pas né dans les choux mais dans les raisins de la colère Rêve d'être une graine de talent qu'un éclair de génie fait éclore Quand l'air du temps colle aux rangs des conservateurs Dur de garder l'esprit salvateur contre les sales vapeurs La rage colle aux dents des uns pendant que les autres se sucrent On ne va pas leur lâcher la grappe c'est sûr Même si pour ca faudra plus que 16 mesures et peu de césure Comment peser dans la balance sans un discours mur ? De toute façon même avec ils nous rejettent et espèrent qu'on meure Sur le gâteau il y a déjà des traces de crocs mais ce qui fait qu'on se hérisse C'est qu'ils se contentent du noyau qui a remplacé la cerise Tous plus lamentables les uns que les autres A butiner la même fleur espérant que l'essaim les sauve Pas hauts comme 3 pommes qu'ils jouent les maitres et trop chutent Ecopent des pépins d'une époque amère Je voulais juste te mettre au jus [Couplet 2: Le Makizar] Je voulais juste être un mec bien Un mec honnête, un mec impec Et de mes rêves pouvoir un jour atteindre les comètes Que le monde puisse me connaître Certes peut être un peu moins bête Que ce que prétendait mon père à chaque fois qu'il y eu maladresse Je voulais juste être un mec bien Juste être un mec bien Un mec saint, un mec sur Sans le soutien du médecin Au lieu de ça Je purge ma peine comme dans un cul de sac A peine si j'arrive à avoir de l'estime pour ma personne Que ma vie soit cool et plus ou moins juste Réajuster mes faux pas, juste Avant de trouver la chute Je voulais juste un peu plus que ce que la vie me diffuse Modifier mes fautes et Affûter mon style comme un gosse assidu J'ai si souvent cédé que la merde me colle au cul Trop d'amertume ici ou là que j'ai comme un goût d'incertitude Je voulais juste, je voulais juste... [Refrain] (x4)
12.
Appendice(s) 03:36
[Couplet 1: Le Makizar] Depuis l'âge du berceau croyant J'avoue que jadis je croyais Que nous implorions le Christ au pied de nos lits Avec une bible Que nous étions tous identiques et conquis des mêmes éthiques Mais le monde étant immense Bien qu'identique, Dieu ne fut pas unique Son existence fût bien la même sous d'autres titres Des pitres ont dû troquer leur foi contre du fric Et d'autres ont troqué la leur au labo scientifique Espérant un jour rivaliser avec l'unique Sombres et pathétiques, les plus fous la revendiquent Nous libérant du mal commis à la bombe atomique C'est comique mais un peu plus tragique que dans les comics Y a tant d'excès et tout un peuple qu'on ne cesse d'indexer C'est ainsi qu'on s'asphyxie d'intox dans notre galaxie Accès sur l'ignorance de l'Homme depuis des décennies [Refrain] (x4) On ne croit plus en rien ne jure que par le court des coûts Perdus dans la cour des grands on traduit le dégoût en langage des coups [Couplet 2: Parental] L'école nous donne des clefs qui n'ouvrent aucune serrure Nous apprend à nous taire et qu'une vie sans rancune c'est dur... Marre de voir sévir l'espoir, mais l'ignorer c'est pire ! L'ignorer c'est vivre dans le noir, perdu dans le désert c'est délaisser ses vivres Ligoter nos pères pour éviter une réaction assez vive c'est ce qu'ils se sont délecté à faire Mais à terme impossible qu'on la ferme même à terre Rongés de l'intérieur c'est nos maux qu'on donne à mater Faut dire qu'il y a matière à déblatérer, des pavés à déplacer et blocs à spiral qui nous font léviter Le menu paraissait simple : tracer sa voie et savoir rester humble Mais priver d'arme, on est comme l'Amazonie privée d'arbres Pris dans les branches du passé on en a payé le prix en larmes J'ai peur d'elles et du manque mais ils régissent nos vies et je le sais éperdument Ne me dis pas que tu ne comprends pas car je saurais que tu mens [Refrain] (x4) [Couplet 3: Lex (de Kalhex)] Les discours s'engouffrent dans le vide laissé par nos silences J'écris entre les lignes, esprit blessé qui contamine en freelance Ils pensent que le stress s'effrite mais leur espoir s'effile Cherchent une solution dans leur effigie sur une pièce car le pouvoir suffit Et dans ce jeu de pile ou face je mise sur la tranche Protège tes abdos si ca te chante mais ils visent la tempe, vise la trempe Qu'ils nous mettent en nous vendant l'attente... Rassemblement de mélancoliques anonymes ou messe pour les pèlerins cathodiques : Choisis ton camps! Bien longtemps que les gosses ont recraché l‘hostie et croqué dans le sein De leur mère, les nerfs lâchent et enterrer la hache énerve La masse génère si peu de repère qu'à présent le rêve est nécessaire Le spectateur est sans domicile fixe car le spectacle est partout Eparpillé par touches et pas torpillé par tous car la plupart s'y fie. Rien ne se clarifie Chaque chose renvoie à trop de signes pour comprendre les enjeux de cette époque Depuis que c'est les nouvelles technologies qui ont fixé le champ de vision Peut être que demain on se verra même plus pisser... En attendant siroter les restes du monde c'est le pied, vive les homicides ! Tu peux enjamber le bétail en restant à ton domicile mais fait gaffe Car le pixel ne fait pas dans le détail Ce n'est pas un saut d'humeur ni même une rumeur Les croyances évoluent et décalent avec elles les valeurs Et comme ici on s'engueule même pour la chanson On arrivera peut être à ce jour où quelqu'un tuera en son nom...
13.
Outro 01:41

about

A 1000 lieux des clichés et étiquettes, Kalhex s'efforce d'apporter un regard neuf sur la musique et le monde qui l'entoure en traitant avec justesse des thèmes matures. Nourri par les grandes plumes françaises et les sonorités New-Yorkaises, le groupe ne cache pas ses références, il va y puiser les ressources et l'âme d'une culture que les médias ont déformée. Ce premier album éponyme reprend le hip-hop là où beaucoup l'ont laissé pour mort, à la fin des années 90.

credits

released March 15, 2010

--
Produit par Parental, sauf "Sampleurs & sans reproche", "Deadly Rotation" par Lex (de Kalhex) et "Magic" par Le Makizar
Ecrit par Lex (de Kalhex) et Le Makizar
Enregistré et mixé par Kalhex au Studio Akromégalie, Paris
Masterisé par Antoine Demantke au Studio Cargo, Montreuil

license

all rights reserved

tags

about

Kalhex Paris, France

Hip-hop group, formed in 2006.

• Le Makizar
• Lex (de Kalhex)
• Parental

contact / help

Contact Kalhex

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Report this album or account

Kalhex recommends:

If you like Kalhex, you may also like: